​ On a testé Cités millénaires à l’Institut du Monde Arabe (75)
illustration article
  • Description
  • Lieu & Horaires
  • Tarifs
  • Synopsis

    Une exposition virtuelle pour alerter sur l’état du patrimoine en zone de conflit (Syrie, Irak et Lybie).

    Ce qu’il faut savoir

    A DECOUVRIR NOTRE ARTICLE SUR L’HISTOIRE DE LA DESTRUCTION DU PATRIMOINE

    Personne n’a pu passer à côté des destructions massives d’édifices religieux ou historiques au Proche-Orient. Les images ont tourné en boucles dans les médias, les spécialistes se sont déchirés autour de la disparition de monuments millénaires, et les institutions culturelles se sont déclarées prêtes à soutenir la reconstruction.

    Derrière ces fragments disparus, il y a bien plus que la disparition d’une vieille église ou d’un ancien temple romain, il y a la disparition d’une culture, d’un peuple, d’une histoire et de tout un pays.

    Que peut faire l’Humanité face à cette perte ? L’inventorier, la cataloguer pour que le souvenir puisse rester vivant. Depuis le début du conflit en Irak et en Syrie, les scientifiques se mobilisent pour saisir les mémoires des migrants, récupérer des archives littéraires et photographiques, et reconstituer les monuments informatiquement. A défaut de pouvoir reconstruire, nous pourrons nous souvenir.

    C’est cette lutte de David contre Goliath que l’exposition met en avant.

    L’exposition

    Pour permettre aux visiteurs de comprendre l’urgence de l’inventaire, l’Institut du Monde Arabe a décidé de mettre le visiteur devant le fait accomplit : la force des images. 4 villes sont mises en avant (Mossoul, Alep, Palmyre et Lepsis Magna) sur de très grands écrans.

    Grâce aux restitutions en image de synthèse, le visiteur, qui est happé par les écrans, se retrouve face à un constat : la guerre a transformé ces 4 villes en grand champs de ruine. Sur chaque côté de l’écran, des photos des édifices avant destruction défilent. Une vie mise de côté.

    Cités millénaires, Institut du Monde Arabe, exposition, destruction patrimoine, Iconem, blog cultureAu centre, un édifice détruit de Mossoul, à droite, une photographie du bâtiment avant la guerre

    Cités millénaires, Institut du Monde Arabe, exposition, destruction patrimoine, Iconem, blog cultureReconstitution de l’état actuel de l’église Notre-Dame de l’Heure de Mossoul

    Saisir les conséquences de la guerre n’est qu’un premier pas. Ainsi, l’exposition regroupe de nombreux témoignages, dans des salles séparées, à l’abri du conflit. Des hommes de l’ombre qui s’affairent pour collecter des informations, témoigner du côté et promettre au visiteur que leur pays pourra compter sur eux lorsque le conflit aura cessé.

    Cités millénaires, Institut du Monde Arabe, exposition, destruction patrimoine, Iconem, blog culturePalmyre et Leptis Magna: deux destructions notables, mais une seule véritablement médiatisée

    Émouvante, saisissante, l’exposition est un hymne à ces peuples qui ont décidé de ne pas mourir avec la disparition de leur identité.

    Mais la destruction est-elle si mauvaise ? Dans la dernière partie de l’exposition, ce sont les experts qui prennent la parole. L’archéologue s’enthousiasme devant la mise à jour de vestiges méconnus enfouies sous les édifices détruits, les équipes de la start-up Iconem profite de cet inventaire pour développer un logiciel dont l’utilisation est encore sous-estimée, et le visiteur s’émerveille grâce à un casque de réalité virtuelle devant des champs de ruine incroyablement romantiques.

    Cités millénaires, Institut du Monde Arabe, exposition, destruction patrimoine, Iconem, blog cultureUn casque, 6 lieux et beaucoup d’émotions

    Oui, l’exposition nous fait passer par tous les états émotionnels, comme si nous étions véritablement au cœur d’une de ces cités millénaires meurtries.

    Cités millénaires, Institut du Monde Arabe, exposition, destruction patrimoine, Iconem, blog cultureNumériser pour faire découvrir le monde

    Et pour mieux se rendre compte...

    Mon avis

    Bien que l’exposition soit sans œuvre, sans scénographie, grâce à la force des images et à l’expérience proposée, le pari de capter et de transporter le visiteur au cœur de l’Histoire est réussi. On ne se lasse pas de constater les dégâts, d’évaluer les possibles reconstructions et de survoler ces champs de ruine. A faire en famille.

  • Horaires

    Du mardi au vendredi : de 10h à 18h

    Samedi, dimanche et jours fériés : de 10h à 19h

    Fermé le lundi

  • Tarif plein : 12€

    Tarif réduit (Pass Education, MDA/AIAA) : 10€ 

    Tarif réduit (12/25 ans, Demandeurs d'emploi, RSA) : 6€

    Billet couplé musée + expos temporaires : 15 € tarif unique

    Audioguide : 3 € en supplément billet expo

    Billet famille : 25 € (Valable pour 2 adultes et 3 enfants de -18 ans)

    Visite guidée : 16 € 

    Plus de tarifs et conditions gratuité ici