​On a testé la visite des Hospices de Beaune (21)
illustration article
  • Description
  • Lieu & Horaires
  • Tarifs
  • Y a t’il une institution plus emblématique de la Bourgogne que celle des Hospices de Beaune ? Lieu de patrimoine, d’histoire, de sciences et de viticulture, son originalité lui a offert une reconnaissance mondiale. Chaque année, les touristes du monde entier se pressent pour se prendre en photo devant les toits vernissés de l’hôpital. Une visite, qui malgré des choix muséographiques datés, reste un incontournable.

    Ce qu’il faut savoir

    L’histoire des Hospices débute en 1443. Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne et son épouse Guigone de Salins, tous deux très pieux, décident de faire acte de charité en aidant leur prochain. La Guerre de Cent ans vient de s’achever et Guigone, qui est née à Beaune, sait ses habitants en grandes difficultés. Les trois quarts des beaunois sont sans ressource et déclarés indigents. Il y a donc urgence sanitaire et sociale et la nécessité d’un hôpital s’impose. 

    Le lieu ouvre ses portes le 1erjanvier 1452. Pour lui assurer sa survie, Rolin dote l'hôpital d’une rente annuelle mais aussi de vignobles, lui offrant un revenu propre pérenne après sa disparition. Ainsi, les ventes annuelles des Hospices de Beaune financent encore aujourd’hui ses activités.

    Si l’hôpital n’est destiné initialement qu’aux plus nécessiteux, il acquiert rapidement une notoriété régionale, et s’ouvre à l’accueil des plus riches. Les dons en faveur des Hospices permettent d’agrandir les lieux et le domaine viticole, mais aussi de l’embellir les bâtiments. Les sœurs assurent tous les soins, des urgences aux soins intensifs, de la maternité à la chirurgie. 

    L’Hôtel-Dieu a fonctionné jusqu’en 1971 avant de fermer ses portes pour un hôpital plus moderne. Le bâtiment aux décors de cartes postales, a alors ouvert aux visiteurs. Chaque année, ils sont ainsi 400 000 à se presser dans la Cour d’Honneur, devant les lits des malades et le célèbre polyptyque du Jugement Dernier de Rogier van der Weyden.

    La visite

    Difficile devant l’entrée des Hospices d’imaginer la richesse du lieu. La façade, d’une banalité extrême, n’est animée que par une grande porte d’accès austère. Pourtant, derrière ses murs se cache belle et bien une cour à l’esthétisme et l’originalité saisissante. 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLa cour d’honneur dans laquelle le visiteur passe et repasse tout au long de la visite

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureFort contraste entre les toits côté rue et ceux de la cour

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureIl n’y a pas que le visiteur qui est transcendé par ce moment d’émotion

    Des tuiles vernissées typiques de la Bourgogne, une façade à colombage,  des arcs trilobés et une architecture aérienne mêlant pierre et bois, pas de doute, nous sommes face à un chef d’œuvre du gothique flamboyant.

    La richesse des décors extérieurs contraste à nouveau fortement lorsque le visiteur pénètre dans la Grande Salle des Pôvres. L’alignement de lit impressionne et nous laisse sans voix. 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLa Salle des Pôvres 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureOn est loin des règles de distanciation physique...

    Pourtant, en observant plus en détail la pièce, on découvre sur les poutres du plafond un bestiaire figuré, qu’on appelle à engoulant, tout en couleur. La grande salle débouche sur la chapelle, elle aussi en apparence simple, mais riche dans ses détails.

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLa voûte...

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog culture... et ses engoulants

    Dans la salle Saint Hugues, le décor change radicalement. Nous sommes dans la pièce dédiée à l’accueil des plus aisés. La salle date de 1645, le mobilier est raffiné, et des grandes peintures baroques à la gloire du Christ ornent murs et plafond.

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureDans la salle Saint-Hugues, le décor est tout autre...

    Suivront les salles St-Nicolas, les cuisines, la pharmacie et l’apothicairerie, encore entièrement meublées. 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLa salle Saint-Nicolas, lieu d’exposition de quelques unes des 2 500 oeuvres du musée

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLa cuisine

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureL’apothicairerie 

    Après un détour dans les collections de coffres, nous arrivons enfin devant le polyptique du Jugement dernier. 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureL’une des très belles pièces de la collection du musée, un coffre en bois orné de scènes profane, XVe siècle

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureL’impressionnant Jugement dernier de Rogier van der Weyden

    Les couleurs, la représentation, l’œuvre est définitivement l’apothéose de cette visite, pleine de rebondissement. 

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureLe lieu abrite également des tapisseries, visibles en fin de visite

    Hospices de Beaune, musée, Beaune, patrimoine, toit vernissé, Cote d’Or, Bourgogne, Blog cultureUne silhouette plus rassurante que les mannequins

    Une dernière déambulation entre les tapisseries, et nous voilà dehors. La vie reprend son cours, mais nous savons déjà que nous reviendrons à nouveau flâner dans les Hospices de Beaune, juste pour sentir à nouveau le vertige de l’Histoire.

    Mon avis

    J’ai beau avoir vu et revu les décors des Hospices, la magie opère toujours. Oui il y a quelques maladresses dans la présentation de certaines salles (je trouve que les mannequins sont très anxiogènes), mais cela fait partie du charme du lieu. A faire et à refaire à chaque étape à Beaune



    http://hospices-de-beaune.com

  • Horaires

    Les aménagements d'horaires en cette situation exceptionnelle sont disponibles ici

  • Tarif plein: 9€

    Tarif réduit: 6,5€

    Plus de tarifs, conditions réduit ici