Notre expérience à Tolède
illustration article
  • Description
  • Lieu & Horaires
  • Tarifs
  • Ville située à 70 km au sud de Madrid, Tolède a longtemps été la capitale de l’Espagne et le symbole du multiculturalisme qui régnait sur la Péninsule entre le Xe et le XVe siècles, à l’époque où cohabitaient musulmans, juifs et chrétiens.

    Construite à l’époque médiévale, la ville est caractéristique de cette période : une distribution circulaire, des ruelles étroites et sombres, des portes percées dans les remparts qui encerclent la ville. Un lieu envoûtant où se dégage une atmosphère particulière. 

    Histoire

    Occupée dès l’âge du bronze, Tolède devient la capitale des Wisigoths, un peuple germanique qui envahi la Péninsule et s’y installe au VIe siècle. En 712, la ville tombe aux mains des musulmans et est rattachée au califat de Cordoue.

    En 1085, la ville est reconquise par le roi Adolphe VI de Castille et redevient chrétienne. Cependant, les populations juives et musulmanes qui vivaient à Tolède ne sont pas chassées, et la ville devient un centre culturel et de traduction important. Au XIIe siècle, Tolède devient l’une des capitales du royaume de Castille. La ville se développe et devient l’un des centres les plus riches d’Espagne. La reine Jeanne la Folle y naitra en 1479 et en 1522, Charles Quint y installe sa cour. Mais en 1571, Philippe II décide de s’installer à Madrid et d’en faire sa capitale. Tolède passe alors au second plan et ne connaît pas les grands travaux d’aménagement urbain du XIXe et XXe siècles, ce qui lui a permis de garder son aspect médiéval qui fait sa réputation actuelle. Le centre historique et la cathédrale sont classés patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1986.

    Venir à Tolède

    Depuis Madrid, il est possible d’aller à Tolède par le train, au départ de la gare d’Atocha. Il y a plusieurs départs par jour, pour un prix d’environ 8 € l’aller par personne (en 2016). Il faut une petite quarantaine de minutes.

    Nous, on a choisi le bus, également au départ de Madrid. L’aller et retour était à 25 € par personne, avec tour de train touristique sur place compris. Nous n’avons pas pu tester ce dernier faute de temps (et parce qu’on s’est perdus) mais on a remarqué qu’il quittait la ville pour en faire le tour par l’extérieur, ce qui doit donné lieu à de jolies photos si le temps s’y prête.

    Concernant ce bus, il y a deux départs par jour (8h45 et 11h15) dans trois lieux différents. Le soir, le dépôt se fait à Gran Via. Les billets sont en vente dans quasiment tous les tabacs et toutes les boutiques-souvenir. Il y a des panneaux à l’entrée qui vous le signalent, et sachez que la compagnie propose d’autres destinations : Ségovie, l’Escorial  et le Sightseeing Madrid (ces bus à impérial qui font le tour des lieux touristiques d’une ville). Le bus devait mettre une petite heure pour rejoindre Tolède mais l’aller a pris 2h.

    Arrivé à Tolède, le car vous laisse en contre-bas de la ville médiévale, près de la gare (ce qui rend, au final, le trajet tout aussi facile en train et plus économique). Pour monter dans la vieille ville, il faut emprunter les escalators (remonte mecanico). Notre guide nous a ensuite conduit à la plazza Zocodover, qu’il définit comme centrale en raison du grand nombre de bars et de restaurants installés.

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    De là, nous avons débuté notre visite seuls. Comme nous n’avons pas trouvé l’office du tourisme avant qu’il ne ferme (15h), nous nous sommes lancé avec notre guide papier, qui s’est avéré inutile.

    La visite

    Avant de vous raconter notre visite, on peut préciser que sur la plazza Zocodover se trouve le passage pour aller au belvédère de Tolède. Vous devez emprunter la porte au style mozarabe et descendre avant de traverser le pont. Comme il ne faisait pas vraiment beau, nous n’avons pas tenté le périple. De cette place, vous pouvez également rejoindre le palais de l’Alcazar, actuellement musée de l’Armée.

    Tolède, visite test, blog, récit

    Très vite, en déambulant dans les ruelles, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait peu de panneaux, et que ces derniers nous faisaient tourner en rond, quand ils n’indiquaient pas une destination avant de ne plus la flécher. Dans ce dédale de ruelles, nous avons réussi à rejoindre la cathédrale.

    Tolède, visite test, blog, récit

    La cathédrale Sainte-Marie, Tolède, visite test, blog, récit

    La cathédrale Sainte-Marie

    La cathédrale, initialement construite au VIe siècle par les Wisigoths, a subi beaucoup de modifications au cours des siècles et des différentes influences artistiques. Transformée en mosquée lors de l’occupation maure, elle redevient cathédrale en 1085 avec à sa tête un archevêque originaire de l’abbaye de Cluny. Au XIIIe siècle (et jusqu’au XVIIIe) des travaux sont entrepris pour donner à l’édifice la prestance que doit avoir la Maison de Dieu d’une capitale. D’ailleurs, les architectes vont prendre comme modèle une cathédrale dans une capitale en pleine construction à cette époque : la cathédrale Notre-Dame de Paris.

    Si vous voulez tout savoir sur la cathédrale, sa page sur Wikipedia est très bien.

    Pour visiter la cathédrale, il faut acquérir des billets (même le dimanche contrairement à ce qui était écrit dans notre guide). Ils sont en vente dans la boutique en face de l’entrée, qui se fait par un des côtés de la cathédrale. Vu la file d’attente qu’il y avait, vous ne pouvez pas la rater ! La billetterie propose des tarifs réduits et la gratuité mais impossible de couper la file pour les personnes prioritaires. Cependant, la file d’attente avance très vite. Le tarif normal est à 11 € avec un dépliant en français, qui est bien fait, et un audioguide. Sur notre guide, il était précisé que les photos étaient interdites, mais une fois dans l’édifice, tout le monde jouaient les photographes. La politique a dû changer mais méfiez-vous.

    Le lieu est saisissant tant ses dimensions sont impressionnantes. Il y a un élément notable dans chaque recoin. Les styles et les époques s’enchaînent, toujours plus riches les uns par rapport aux autres. Le lieu est sans doute le plus marquant que nous ayons visité.

    La cathédrale est accolée à d’autres bâtiments compris dans la visite: une sacristie avec un tableau du Greco, un cloître alors fermé ou des chapelles dont une avec des tombeaux.

    Tolède, visite test, blog, récit

     Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Une visite incontournable… Attention si vous êtes en fauteuil roulant, beaucoup de lieux ne vous seront pas accessibles (d’ailleurs Tolède n’est pas vraiment accessible aux personnes à mobilité réduite).

    Après cette incroyable expérience, nous avons décidé de contrebalancer cette visite avec celles des lieux de culte juif et musulman. Le problème, les panneaux toujours aussi mal pensé. D’ailleurs, une signalétique qui raconte l’histoire du quartier ou de l’édifice nous a manqué aussi. 

    Un panneau explicatif...Tolède, visite test, blog, récit

    Nous avons donc beaucoup tourner avant d’arriver dans le quartier juif, identifiable grâce aux azulejos (petit carreaux bleus) avec des symboles hébraïques (ménorah, étoile ou haï ) au sol.

    Tolède, visite test, blog, récit

    Nous avons fini par tomber sur la cathédrale San Juan de los Reyes et sur le parc de l’Académie des Arts, avec le buste du Gréco qui trônait au milieu de la végétation. La synagogue se situe un peu plus loin dans la même rue.

    Tolède, visite test, blog, récit

    La synagogue Santa Maria la Blanca

    Cette synagogue est la plus ancienne de la ville. Sa construction remonterait à 1180, comme le précise la date sur l’une des poutres mais on sait qu’en 1250, les juifs tolédans obtiennent l’autorisation exceptionnelle du roi Alphonse X de reconstruire le lieu pour en faire la plus grande et la plus belle synagogue d’Espagne. Cette autorisation s’est faite contre la bulle papale et traduit la tolérance qui régnait dans le royaume castillan. Mais en 1405, après un pogrom, la synagogue est saisie par les autorités catholiques, qui la transforment en église.

    L’édifice est de style mudéjar, c’est à dire qu’elle ressemble plutôt à une mosquée, ces murs sont recouverts de chaux blanches et les chapiteaux sont ornés de motifs végétaux.

    Elle est située dans un petit jardin dans un bâtiment qui ne paye pas de mine vue de l’extérieur. L’entrée est à 2,5e pour tous. Et surprise, quand on rentre, et bien le lieu est vide… Alors oui, l’intérieur est incroyable, lumineux avec ses murs blancs et ses fenêtres hautes, mais l’effet de surprise passe très vite. Il y a quelques panneaux qui explique le développement de la synagogue et une exposition dans le bâtiment en côté sur des peintres modernes, mais c’est tout. De plus, le lieu n’est même pas en cours de restauration et ne semble pas avoir de projets particuliers pour justifier d’un tel prix d’entrée. Cher, cher donc le bain de lumière ! Nous vous conseillons tout de même la visite si vous n’êtes pas en très grand nombre et si vous avez l’âme d’un photographe, car les photos faites étaient magnifiques.

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Il y avait une seconde synagogue, avec un musée dédié à l’art sépharade, mais comme nous avions décidé de une mosquée, nous avons passé notre chemin.

    En tentant de rejoindre le panneau l’indiquant la direction de la mosquée (oui, nous avions encore confiance à ce moment-là), nous sommes tombés sur le Musée de la Torture, et comme nous en avions vraiment marre de chercher, nous nous sommes aventurés dans le bâtiment.

    Le musée des objets de Torture

    Dans chaque pays, on trouve un musée de la Torture, et pour les amateurs du genre, pour moi celui de Gand reste une référence.

    Le musée de Tolède est tout petit mais son entrée est bien signalée. Coût 7 € pour deux entrées en tarif réduit, mais il me semble que le tarif plein est à 4,5 € par personne.

    Même le parcours est rapide, le musée est très « sympathique ». Les collections sont variées, il y a des panneaux explicatifs bien construits (en espagnol et en anglais), et les différentes catégories (supplices, honte, punitions…) font le tour de la "question". Les objets font froid dans le dos.

    Tolède, visite test, blog, récit

    Tolède, visite test, blog, récit

    Le bâtiment est une succession de petites salles, sur plusieurs niveaux. On monte, on descend et l’étroitesse des pièces donne l’impression d’être dans une prison médiévale, ce qui ajoute un côté angoissant à la visite. On se sent à la place d’un condamné en attente de sa sentence.

    Le lieu vaut le détour, mais si vous avez des problèmes de mobilité importants, passez votre chemin.

    En sortant du musée, un panneau indiquait le Musée Wisigoth. Nous nous sommes mis en marche mais nous n’avons jamais trouvé le lieu. D’ailleurs, il n’était pas non plus répertorié sur le site de l’Office du Tourisme… Peut être était-il ouvert depuis peu.

    Et, nous avons fini par nous perdre dans ce dédale de ruelles. Impossible de se repérer, tant tout se ressemblait. Nous avons donc demandé notre chemin, et comme nous voulions être sûr de retourner au bus, on a demandé les escalators. Dans un monastère, nous avons trouvé une sœur très gentille, qui nous a très bien indiqué le chemin à emprunter. Et quelques mètres plus bas, surprise, ce n’étaient pas les bons escalators! Il existe deux à Tolède, au moins maintenant vous le savez.

    Nous avons donc recommencer à interroger toutes les personnes que nous croisions, mais cette fois-ci, comme l’horloge tournait de façon inquiétante, nous avons directement demandé la plazza Zocodover. Des tolédans nous ont confié que Tolède était un labyrinthe, et qu’il il valait mieux demander continuellement son chemin, car il était facile de se tromper et de se retrouver de l’autre côté de la ville (nous avions vu). Finalement, c’est la police qui a sauvé de cet enfer, et nous avons rejoint tout juste à temps notre bus, un peu déçus.

    Alors, est-ce-que c’est notre faute ? Sommes-nous plus bêtes que la moyenne pour nous être perdus ?

    En rentrant à Madrid, je me suis souvenue qu’il y avait des visites guidées de quelques lieux emblématiques de Tolède proposées sur internet. Mais comme les prix étaient exorbitants, je pensais que c’était un attrape-touriste. A y repenser, c’est peut-être la meilleure solution pour profiter de la ville. L’agence proposait aussi des visites nocturnes, au départ de Madrid. C’est sans doute la meilleure solution.

    Ensuite, j’en veux beaucoup au guide papier que j’avais, car au-delà des nombreuses photos, il était complètement inutile, pas mis à jour (une édition de 2008 ou 2009 rééditée telle que en 2016) et le plan était totalement fantaisiste. Généralement je privilégie le guide Lonely Planet avec lequel je ne suis jamais déçue. Mais cette fois-ci je me suis laissée tenter par un guide illustré qui me proposait "de voir "(et j’ai vu qu’il ne servait à rien !).

    De plus, des offices du Tourisme fermé le dimanche après-midi, dans une ville aussi touristique, c’est intolérable.

    Et enfin, à notre descente du bus, un avertissement et un plan, çà aurait été beaucoup plus commerçants de la part de la compagnie que de nous proposer un restaurant à 10 € alors que sur cette gamme de prix, Tolède en regorge. Surtout que cette dernière propose plusieurs destinations en bus.

    Au final, je garde un souvenir un peu mitigé de Tolède, car j’ai le sentiment d’être passé à côté de la ville. Mais il faut aussi accepter ce genre de mésaventure, car quand on est un touriste, on se fait toujours avoir au moins une fois dans sa vie.




    Source

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tolède#La_cath.C3.A9...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Synagogue_Santa_Mar%...

    http://www.toledo-turismo.com/turismofamiliar/lovemos/monumentos-entretenidos/

  • Horaires

    Cathédrale

    De Lundi au Samedi: de 10h à 18h30

    Jours fériés et Dimanche: de 14h à 18h30

    Synagogue

    Du 1er mai au 30 octobre: tous les jours de 10h au 18h45

    Du 31 octobre au 30 avril: tous les jours de 10h à 17h45

    Musée de la Torture

    Du lundi au vendredi: de 10h à 14h puis de 16h à 21h

    Samedi, dimanche, jours fériées et ponts: de 10h à 21h


  • Cathédrale

    Tarif plein : 11 €

    Synagogue

    Tarif unique: 2,5€

    Musée de la Torture

    Tarif plein: 4,5€

    Tarif réduit (enfants de moins de 12 ans, étudiants, retraités et groupes): 3,5€

    Famille (deux adultes, deux enfants de moins de 12 ans ou étudiants): 14€